** Le COIN de la DOCUMENTATION **

NOUVELLES PUBLICATIONS. AUTOMOBILIA N°64 Septembre-Octobre 2003. Thierry DUBOIS nous fait bénéficier, outre de son talent, d’une belle Ford Taunus jaune sur la route des vacances; pour beaucoup en 2003, c’est déjà du passé. C’est maintenant un Numéro 64 exceptionnel par son contenu .

Sur 2 pages on a découvert pour nous quelques beaux restes du passé, telle cette Léon PAULET, 6 cylindres en ligne à ACT. De très rares exemplaires ont été construits à Marseille dès 1918-19 à la sortie de la 1ère guerre mondiale.

Une BUGATTI 43 ornait aussi les pistes de Montlhéry. Notons que le circuit a été homologué en avril 2001 pour 4 ans! et après ? Un très bel article suit pour nous conter l’histoire de FORD en France de 1907 à 1932. La maison a eu de très nombreuses difficultés, plus importantes en France, qu'ailleurs dans le monde.

Les qualités des Ford T, appréciées hors de notre Pays, qui a bel et bien donné naissance à l'industrie automobile, sont ici un handicap : rusticité et bas de gamme, modèle unique et bas prix synonyme alors de mauvaise qualité, consommation excessive, expliquent la situation. Le type A de la Ford Française n'arrive qu'en 1928 La crise économique mondiale complique la situation de Ford, repris par la filiale Anglaise, la Ford Motor Company Ltd qui subit en France des surtaxes, des quotas etc. Ford décline aussi aux États Unis et ne sort de la crise que grâce à la V 8.

On trouve la Ford T sous toutes les formes possibles, ici cest un mécanicien artisan passionné, qui a métamorphosé l’engin pour pouvoir participer aux 24 h du Mans en 1923. C’est en 1928 que la filiale Française présente le Type A, une 19 CV de 3925 cm3 qui est gourmande en carburant et taxée pour ses CV. Ford France a habité Paris, Courbevoie, Asnières, puis Bordeaux.

La nouvelle usine du groupe ROOTS démarre en Écosse la Hillman Imp. C’est sa production de 1963 à 1973 qui est détaillée dans un article aux multiples illustrations.

Cette branche de Chrysler en Europe n’a produit en 13 ans, que 440.000 Imp, et cette production prend fin en 1976. Deux autres articles phares illustrent pour notre bonheur et dans un premier temps , «Les dernières BUGATTI de Tourisme» de 1946 à 1965. La période de la 2ème guerre mondiale a été atroce pour Ettore Bugatti, qui après avoir perdu son fils Jean dans un accident dramatique pour éviter un cycliste imprudent, s’est vu déposséder de Molsheim par l’occupant, puis dès la fin du conflit, par l’État français lui même. C’est le 11 juin 1947 , après des procès sans fin que les Domaines doivent restituer les biens d’Ettore, après leur condamnation par le tribunal de Colmar.

Et justement c’est ce même jour qu’Ettore, dans le coma depuis une hémorragie cérébrale, décède, un 11, en août suivant.. L’usine est en ruines et il faudrait au moins le génie du « Patron » pour renverser la situation. Pendant l’occupation, retiré à Paris Ettore avait développé de tout petits moteurs qui ont donnés naissance aux Types 68 et 73..

Page 1 - 2
Page 1 - 2
Haut de page